S’ouvre dans Vicence, la Fondazione Coppola. Et la Tour médiévale devient un véritable trésor de l’art contemporain

S'ouvre dans Vicence, la Fondazione Coppola. Et la Tour médiévale devient un véritable trésor de l'art contemporain

Vicenza – “Pour un collectionneur, chaque œuvre est un réceptacle de souvenirs et d’émotions. Il est impossible de renoncer à l’une de ces expériences. L’art de la collecte est une activité qui peut être addictif, et absorber nos sentiments les plus profonds. Et c’est pour cette raison que le travail est un peu comme nier que ces expériences sont tous distincts entre eux a eu lieu. Donc pour moi il est impossible de sélectionner un petit groupe d’œuvres qui sont liées de près à la même mesure”.
Il est tellement convaincu de Antonio Coppola, entrepreneur vicentino, un collectionneur d’art contemporain et président de la Fondation qui porte son nom, et répond bien quand on lui demande ce que son oeuvre préférée, au sein de sa collection d’une centaine d’œuvres d’artistes contemporains.
Le 5 mai dernier, a ouvert ses portes pour la Fondation Coppola dans un lieu exceptionnel, la Tour de Vicence, et avec une exposition inaugurale de l’effet, la première exposition solo en Italie des artistes Néo Rauque Rosa Loy.
Le projet est né de la volonté de ce patron qui a acheté et fait don de la Tour médiévale de la Municipalité de Vicenza, en échange de l’usufruit pendant trente ans, a fait l’objet d’une restauration minutieuse, sous la supervision de l’étude UP3 Architetti Associati sous la surveillance attentive du Surintendant, de retour, enfin, à la ville comme un bien public, est devenue aujourd’hui un centre d’art contemporain.

“Bien qu’il a une très bonne relation avec ma ville », explique Coppola – je m’a fallu un peu de temps à comprendre qu’un chef d’entreprise peut-être intéressé à faire une contribution qui est en dehors de leur profession. La Tour est un symbole qui relie le présent de l’histoire. C’est un prétexte noble de parler de l’art contemporain dans un lieu dans lequel vous vous y attendez le moins. Vous entrez dans un endroit impressionnant, et même disons majestueux, qui est « détaché » de la vie de tous les jours, de grimper au-delà de l’endroit où vous pouvez observer cela avec un certain détachement. Une fois à l’intérieur, est quelque chose de magique. Vous vous isolez de la présente, le dos au passé et de regarder à nouveau à ce à partir d’un point de vue privilégié à la fois physiquement et allégorique”.

Et de fait, avec ses 42 mètres de hauteur, ce bâtiment, construit au XIIÈME siècle comme une maison-tour – élargie par Ezzelino da Romano, a été tué après la mort du “tyran”, puis reconstruite plus grande avec les caractéristiques du Château au milieu du Xive siècle, pour être vendus, dans le dix-Septième siècle, à partir de la Sérénissime à la Valmarana, la Tour offre une vue à 360 degrés qui s’étend sur la Basilique Palladienne, la Cathédrale, les tours de la cloche.
Le musée de la tour des vents le long de l’ensemble de l’architecture du corps. À chaque niveau, des panneaux ont été installés des appareils d’éclairage que d’accroître les volumes et les espaces du bâtiment en réponse aux travaux éclairé avec un système de led.

Né en 1959, une formation aux États-unis, y compris Harvard et Boston, membre honoraire du Comité du Centenaire de l’Armory Show (New York), Antonio Coppola collectionne l’art contemporain, en particulier les œuvres de peintres, d’une dizaine d’années: le travail de l’Uri d’Aran, Nina Canell, Haroon Mirza, Muntean & Rosenblum, Rosa Barba, Daniel Pitìn, Nicola Samorì, Markus Schinwald, Eva Kotatkova, Natahlie Djurberg et de nombreux autres artistes importants de la scène internationale.

Les activités de la Fondation, présidée par lui seront axées sur les artistes de la collection, mais pas seulement, dans une tentative de présenter les œuvres de jeunes artistes émergents, mais aussi des artistes établis, qui ont participé à des expositions nationales ou à l’étranger, parfois l’objet d’une grande reconnaissance.
Les expositions seront tous deux au sein de la Fondation, d’autres activités, telles que des lectures de poésie, des événements et des visites guidées pour les écoles.

“Il y aura deux expositions par an », explique Coppola, plus quelques petits spectacle. Il y a un calendrier précis. Nous sommes à définir en ces jours de la prochaine exposition.”
Expliquez pourquoi vous avez choisi axée sur la Neo Rauch et Rosa Loy, et les premiers artistes à être exposés à l’intérieur de la Tour avec une série de nouvelles œuvres, exposées jusqu’au 31 août, spécialement conçus pour ces espaces.

“Je voulais commencer avec une déclaration importante. Rauch est l’un des peintres de référence dans le panorama du monde. Loy est un des principaux représentants de l’école de Leipzig. J’ai aimé l’idée de les inviter à donner un signal fort que vous pouvez faire des expositions dans les banlieues ou dans les petites villes. On n’a pas à être dans les grandes villes pour faire bouger les choses”. L’exposition – dont le titre,  » La Tour, se veut un rappel de la puissance symbolique de l’édifice s’articule autour de six étages du complexe médiéval, proposant un dialogue entre les œuvres des deux artistes, une comparaison entre le poétique et le chemin de la progression de la visionneuse pour le dernier étage. La figure de la tour comme un élément évocateur et un renvoi à l’histoire apparaît, également, dans de nombreux tableaux de Neo Rauch et sert comme un rappel de l’imagination populaire et de conte de fées qui se nourrit de toujours les visions de l’artiste.
La Figure de liaison entre plusieurs générations d’artistes, comme un point de référence pour les peintres qui ont fait partie de la Nouvelle École de Leipzig, le peintre allemand a été en mesure de retravailler son langage figuratif par la fusion des cultures différentes, des illustrations, des affiches de propagande de l’Allemagne de l’Est de la Pop culture, du réalisme et de l’énergie des artistes tels que Max Beckmann, Otto Dix à l’excitation récit de la grande toiles des maîtres de la renaissance comme le Tintoret et de Rubens.
Apparemment de plus en plus détendu, mais tout aussi onirique et ambiguë, c’est le langage figuratif de la femme de Rauch, Rosa Loy, caractérisé par la figure de la femme double et le rapport de l’énigmatique entre les deux figures se déplacer au sein d’un paysage à la fois intime et familier, dans une maison ou un jardin.

L’exposition organisé par la Fondation Coppola, parrainé par la ville de Vicence et le Consulat Général de la République Fédérale d’Allemagne, peut être visité du mercredi au dimanche, de 11 à 18 ans. Réservation conseillée, car l’architecture de la structure de la Tour offre un accès illimité.
Pour plus d’informations www.fondazionecoppola.org/

S'ouvre dans Vicence, la Fondazione Coppola. Et la Tour médiévale devient un véritable trésor de l'art contemporain

Laisser un commentaire