À partir de Caligula à Constantine. L’été révèle les secrets de l’Horti Variani

À partir de Caligula à Constantine. L'été révèle les secrets de l'Horti Variani

Rome – l’ouverture au public de la Zone Archéologique de Santa Croce, à Jérusalem, à l’époque romaine, l’immense complexe de villas et de jardins connu comme le Horti Variani, et aujourd’hui, il est plein de témoignages d’une histoire millénaire. Jusqu’au 20 juillet, tous les soirs à 19h00, le site sera accessible grâce à des visites guidées gratuites pour les soins de la Soprintendenza Speciale de Rome.

Pour amener le visiteur dans un voyage fascinant à travers les siècles, sera l’archéologue et directeur de la fondation Anna De Santis, qui pendant des années, réalise des études et des recherches sur l’intérieur.
Un rendez-vous incontournable occasion d’en apprendre sur la vie, la mort et les miracles de l’Aqueduc Claudio (le plus ancien de la région, l’impressionnant Cirque Varier, l’Amphithéâtre Castrense – le seul survivant à Rome, comme le Colisée et le vieux Palais de Grave, élargie par l’empereur Constantin, la mère d’Hélène.

C’est précisément ici que dans les temps récents ont mis l’accent sur les découvertes des archéologues: en plus de la basilique civile connu comme “le Temple de Vénus et de Cupidine”, il est possible de visiter certains de ces riches domus habitée par les dignitaires de la cour: la Maison d’Aufidia Valentilla, ornée de fresques aux couleurs vives, la Maison de la Fontaine, de la Maison de Portraits, qui tire son nom de bustes des propriétaires représenté en noir et blanc sur les beaux sols en mosaïque. Comme la Maison de la Fontaine, la Maison de Portraits a été récemment rénové et dispose de marbres précieux et de décorations.

Lire la suiteÀ partir de Caligula à Constantine. L’été révèle les secrets de l’Horti Variani

Picasso et de la Photographie: les instantanés de la vie d’un génie

Picasso et de la Photographie: les instantanés de la vie d'un génie

Rome – Qu’en est-il de voir l’un des plus grands artistes jamais, déguisé comme popeye? Ou alors que le berceau de l’une de ses créations, après avoir assis sur un fauteuil à bascule? Les prises de vues sont d’André Villers, un photographe à l’âge d’or des années cinquante sur la côte d’azur quand un ami lui donne son premier Rolleiflex. Le donateur (et le protagoniste de la photo) c’est Pablo Picasso, jusqu’au 26 août, au centre d’un précieux exposition au Palais Merulana.

Lunatique, ironique, charmant, enfantin, auto-centré, maniaque: il y a de nombreux visages du génie de l’andalousie, capturée par l’objectif de Villers, Edward Quinn dans l’une des 90 images qui appartiennent maintenant à la partie inférieure du collecteur, le luxembourg Guy Ludovissy, exploité par la Reial Cercle Artistique de Barcelone. Par le peintre dans le merveilleux de la confusion de son studio pour le portrait avec sa jeune épouse et muse de Jacqueline Roque, à côté d’une peinture qui représente le noir et blanc des deux photographes offrent des points de vue inattendus sur vita entrée dans la légende.
Élan créatif, dans lequel les membres de la famille touchés, des blagues, des jeux et des costumes qui nous transportent dans la vie quotidienne d’un homme et d’un artiste qui a compris très tôt, comme partie intégrante de l’art et de la vie privée peut vivre dans le bonheur de l’osmose.

Des amis proches de Picasso dans les dernières décennies de sa vie, de Villers et Quinn partagé avec lui les émotions et les réflexions que nous trouvons aujourd’hui dans une galerie de photos d’une grande expressivité.

Lire la suitePicasso et de la Photographie: les instantanés de la vie d’un génie

Le Grand Art de retour au cinéma. Tous les rendez-vous pour l’automne prochain

Le Grand Art de retour au cinéma. Tous les rendez-vous pour l'automne prochain

Porter sur le grand écran, les protagonistes de l’art et de leurs conquêtes, dans le voyage entre les histoires, les lieux, les chefs-d’œuvre et des témoignages: c’est l’objectif de l’examen, Du Grand Art, au Cinéma, qui fête cette année le cap des 2 millions de téléspectateurs.
Nexo Numérique annonce les titres de la saison prochaine, et d’en profiter en mode lent à la recherche qui fait souvent défaut dans nos visites au musée, où, selon des études récentes de chaque travail, nous dédions une moyenne de huit secondes.
À partir de septembre, des figures et des lieux iconiques de l’histoire de l’art qui nous attendent dans l’obscurité de la chambre de raconter son histoire à travers des regards, des inédits, des images superbes et délicieuses idées.

Il commence avec Van Gogh et le Japon (dans les salles italiennes, du 16 au 18 septembre), dirigé par le réalisateur britannique David Bickerstaff, qui va nous accompagner dans une visite de la Provence, le Musée Van Gogh à Amsterdam et le pays du soleil levant pour découvrir la fascination du peintre postimpressionniste pour l’art japonais. Depuis l’ouverture de l’empire du japon à l’Ouest, dans la mode du japonisme dans quelques années, conquis l’Europe, se déroule un chemin qui, avec l’aide de la calligraphe Tomoko Kawao et artiste de performance Tatsumi Orimoto nous amène au cœur de l’ukiyo-e, le raffiné “images du monde flottant” qui fait face à l’Ouest, sur le papier d’emballage de papier. Parce que Van Gogh a été complètement captivé?

Lire la suiteLe Grand Art de retour au cinéma. Tous les rendez-vous pour l’automne prochain

De Van Gogh à Picasso, à bientôt à Milan l’un des chefs-d’œuvre de la Collection Thannhauser

De Van Gogh à Picasso, à bientôt à Milan l'un des chefs-d'œuvre de la Collection Thannhauser

Milan – promet d’être l’événement de l’automne à milan, la grande exposition du 16 octobre vous souhaitons la bienvenue au Palais Royal, à environ 50 chefs-d’œuvre de la Collection Thannhauser musée Guggenheim à New York. Des œuvres de maîtres, impressionnistes, post-impressionnistes et de l’avant-garde du xxe siècle, nous dire, en parallèle avec les grandes pages de l’art, de l’histoire de la superbe collection que le marchand Heinrich Thannhauser, et son fils, Justin, avec son épouse Hilde, mis en place durant de longues années, afin de donner enfin à la Fondation Solomon Guggenheim en 1965.

Entrant bijoux de la peinture Bleue, comme la Montagne de Wassily Kandinsky, Devant le miroir, Édouard Manet, le Palazzo Ducale, vue de San Giorgio Maggiore par Claude Monet, des Montagnes de Saint-Remy, par Vincent Van Gogh. La liste pourrait continuer longtemps, jouer les chefs-d’œuvre de Paul Gauguin, Edgar Degas, Paul Cézanne, Pierre-Auguste Renoir, et une importante collection d’œuvres de Pablo Picasso. Pour la première fois en dehors des frontières des États-unis après le don, les peintures arrivera à Milan après les deux races européennes au musée Guggenheim de Bilbao, l’Hôtel de Caumont à Aix-en-Provence.
Organisée par Megan Fontanella, conservatrice de l’art moderne au musée Guggenheim, l’exposition sera enrichie par d’autres grandes œuvres de la même période, sélectionnés parmi les collections du musée de new york.

Mais qui étaient les Thannhauser? Probablement sans eux, l’histoire de l’art moderne n’aurait pas été le même.

Lire la suiteDe Van Gogh à Picasso, à bientôt à Milan l’un des chefs-d’œuvre de la Collection Thannhauser

Du coucher du soleil à Appia. Nuits, du théâtre et de la musique le long de la « regina viarum »

Du coucher du soleil à Appia. Nuits, du théâtre et de la musique le long de la 'regina viarum'

Rome – Trois nuits de musique, de l’art et les mots, dans un carrousel qui ressemble à la lune, dans l’un des endroits symbole de l’Antique via appia.
Du 11 au 13 juillet, le Mausolée de Cecilia Metella – l’impressionnant monument funéraire construit entre le 30 et le 10.C., ré-utilisé à l’époque médiévale comme un château de la tour, et parfaitement conservé, accueille le festival du Coucher Du soleil à Appia.
Le sous-titre de cette année est de Regarder la lune.
Pour célébrer le cinquantième anniversaire de l’atterrissage sur la lune, qui a eu lieu en 1969, le festival, organisé par Electa a mis en fait, dans la cour, trois soirées dans mediapartnership avec Rai Radio 3.

Il commence le 21 au jeudi, 11 juillet avec un concert donné par les « All Stars » de Vivre! de l’Institut italien de la Cumbia dirigé par Davide Toffolo, avec Malagiunta, Kit de Ramos, le Cacao, le Mental, Los3Saltos, présentera au public de la première compilation de l’italien cumbia contemporain, avec son inimitable du sud-américaine des rythmes.

Vendredi 12, toujours à 21, ce sera au tour des histoires. Dans l’ombre du Mausolée qui abrite les vestiges de la riche matrone romaine liée à l’un des plus illustres familles de son temps, sans doute la belle-fille de la célèbre Marco Licinio monte carasso, Ascanio Celestini va porter à la scène les histoires de son spectacle “Laika”. Le titre rappelle le chien que les soviétiques en 1957, a été envoyé dans l’espace pour un voyage sans retour.
À suivre, autour de 22, sur la même scène se produira sur le chanteur-compositeur-interprète Julius Wilson concert avec le « Futur lointain tour set acoustique ».

Lire la suiteDu coucher du soleil à Appia. Nuits, du théâtre et de la musique le long de la « regina viarum »