Dans les Musées du Capitole les 30 ans de l’Art Trouvé

Dans les Musées du Capitole les 30 ans de l'Art Trouvé

Rome – Trente ans d’art volé, pillé, caché, dispersés, et, enfin, libéré: maintenant de retour dans les feux de la rampe dans les Musées du Capitole dans un projet d’exposition né pour célébrer les cinquante ans de la Carabiniers de la Protection du Patrimoine Culturel (TPC). Par le directeur du Musée National de rome, Daniela Porro, et l’archéologue Alessandro Mandolesi, l’exposition « l’Art de renaître » est un voyage à travers près de dix siècles, dans les œuvres d’une extraordinaire valeur à partir des découvertes archéologiques grecques, étrusques et romaines, peintures de la Renaissance et du Baroque, en suivant le fil de complexe d’enquêtes internationales et les crises qu’ils ne parlent . Comme l’opération « Andromède », qui, en mai 2010 rimpatriò de Genève 337 anciennes œuvres d’art fouillé dans la clandestinité dans le Latium, Pouilles, Sardaigne, Calabre, et aujourd’hui, pour la première fois exposé au public. La preuve de l’fresques retourne en Italie après de longues négociations, le J. Paul Getty Museum de Malibu et le Metropolitan Museum of Art de New York: déchiré et volé dans une villa romaine près de Pompéi, ont été exportées à l’étranger en collaboration avec d’autres objets, tandis qu’une deuxième tranche a pris sur le chemin de la Suisse. Et ne pouvait pas manquer les trois joyaux de la peinture, volé en 1999 à partir des collections des Musées du Capitole, et recouvrés de la même année aux etats-unis: la Saint-Jean Baptiste, par le Guerchin, Sainte Famille avec saint François et de Catherine d’Alexandrie par Ludovico Carracci et l’Adoration des Mages, Garofalo. Également documenté les actions de la ruse ourdi par les trafiquants: par exemple le précieux Artemis marciante, de l’époque augustéenne, et il est accompagné par deux statues de jumeaux, les « anti-Artemide, en marbre et en plâtre, faite ad hoc et sans trouver de la police d’induire en erreur l’enquête. C’est un long chemin à « l’Art de La Trouvé. L’engagement de l’arme des Carabiniers pour la récupération et la préservation de notre Patrimoine Culturel »: il y a beaucoup d’histoires à raconter, et les trésors rendus à la communauté, mais une fois comparé aux nombreux ouvrages qui sont portées disparues. Dans le programme jusqu’au 26 janvier 2020 dans les Salles du rez-de-chaussée du Palazzo dei Conservatori dans les Musées du Capitole, l’exposition est une collaboration entre le Noyau TPC et le Centre Européen pour le Tourisme et la Culture, et est promu par Roma capitale.

Laisser un commentaire